Islam: la couverture du "Point" provoque polémiques et parodies

L'hebdomadaire Le Point publie en couverture de son édition du mercredi 31 octobre une enquête sur « L'islam sans gêne », avec en sous-titre: « Hôpitaux, cantines, piscines, jupe, programmes scolaires... ». Sur la Une du magazine, on peut apercevoir une femme intégralement voilée faire face à une gendarme. Un choix qui a immédiatement provoqué  buzz et polémiques sur de nombreux sites et réseaux sociaux.

« D'un point de vue purement linguistique, on peut s'étonner de l'association du terme générique "Islam" qui s'applique à la religion musulmane dans son ensemble (et non pas seulement à l'Islamisme radical) et du mot "Cet", adjectif démonstratif qui désigne au contraire une entité plus précise. Le qualificatif "sans gêne" fait également référence à l'expression injurieuse "sans-gêne" désignant une "désinvolture inconvenante" » note le site aufeminin.com.

Sur le site du Nouvel Observateur, Pascal Boniface, directeur de l'Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) et Médine, rappeur français cosignent une tribune dans laquelle ils dénoncent « le racolage public plutôt que l'information ». Ajoutant « ils ont le droit bien sûr d'avoir leur ligne éditoriale. C'est le principe de la presse d'opinion. Mais les difficultés de la presse les conduisent à chercher éperdument à accroître leur tirage en jouant sur les plus bas instincts du public. Ils sont passés du devoir d'informer à la volonté d'influencer le public, quitte à déformer les réalités. » Et ils fustigent: « Si la loi sur le racolage public s'appliquait aux journaux, ils seraient déferrés en justice. Cela nous rappelle les propos de Léo Ferré : "C'est dégueulasse du verbe dégueuler". »

Sur Rue89, Pascal Riché estime que « pendant que la droite française se droitise de façon "décomplexée", l'hebdomadaire Le Point cavale derrière. L'an dernier, l'hebdo faisait déjà son miel des peurs islamophobes avec sa couverture "Le spectre islamiste" après les révolutions arabes. »

Pour le site SaphirNews qui dénonce « la détestable Une racoleuse du Point », « c'est bien Le Point et son directeur Franz-Olivier Giesbert qui sont sans gêne. Le traitement médiatique de l'islam ainsi fait, qui sous-tend l'idée que cette religion puisse être "une menace" pour la République, est pernicieux mais permet au magazine de s'offrir un bon coup de pub pour mieux vendre ses numéros. » Dans une « Lettre ouverte aux dirigeants du  Point » Hassan Safoui pointe « une islamophobie sans gêne » et écrit « malgré les politiciens crispés par notre présence, malgré les extrémistes qui ne veulent toujours pas comprendre que l'islam est définitivement une religion de France, malgré les reportages biaisés, les émissions à charge, les menaces, nous nous sentons à l'aise, et sommes prêts à relever le défi de l'intelligence face à la bêtise, le défi de la sérénité face aux provocations, le défi de l'ouverture face aux crispations. »

Franz-Olivier Giesbert a par avance répondu aux critiques qu'il savait provoquer dans un éditorial intitulé « La République sera laïque ou ne sera plus ». Le directeur du Point écrit notamment: « Les vociférateurs des deux bords (...) ont fait de l'assimilation de l'islam dans la République un enjeu de basse politicaillerie alors qu'il faudrait l'aborder sans arrière-pensées, avec doigté » ajoutant « beaucoup de Français en sont venus à honnir l'islam, qui n'en peut mais et qui a simplement gagné le terrain qu'on lui a cédé, pleutres que nous sommes. »

Invité du Grand Journal de Canal+, mercredi 31 octobre, le ministre de l'intérieur Manuel Valls a affirmé ne pas être choqué par cette couverture, qui exprime selon lui « une réalité ». « Ce qui me choque moi, et ça me choquera toujours : c'est une femme complètement voilée. Parce que dans cet islam-là, dans cet islam radical, il y a la négation du visage de l'autre et en particulier de la femme » a ajouté le ministre de l'intérieur, avant de conclure « Les religions ont leur place dans la République. On a le droit de croire ou de ne pas croire, mais elles ne peuvent pas envahir l'espace public, elles ne peuvent pas imposer leur logique par rapport aux valeurs républicaines. »

De son côté, le site @rrêt sur images a retrouvé l'origine de la photo d'illustration placée à la une du Point. « En réalité, la photo ressemble à s'y méprendre à un cliché réalisé à Lille lors d'une manifestation de femmes voilées le samedi 22 octobre (...) Moins d'une dizaine de personnes, disséminées parmi des policiers pour illustrer l'"islam sans gêne" ? Le Point a osé ».

@rrêt sur images remarque, par ailleurs, les nombreuses parodies de la couverture du Point illico surgies sur la Toile:

 

Des parodies que l'hebdomadaire américain Newsweek avait également provoquées avec sa couverture après les manifestations du monde islamique contre le film Innocence of Muslims.

 La couverture de Newsweek du 24 septembre 2012 et ses détournements
La couverture de Newsweek du 24 septembre 2012 et ses détournements


 Newsweek, qui, après 79 ans d'existence, a annoncé le 18 octobre qu'il cessera d'être imprimé fin 2012 pour n'exister que sur Internet...


Une campagne contre l'islamophobie

Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a lancé mercredi 31 octobre une campagne de sensibilisation sur le racisme et l'islamophobie intitulée « Nous sommes la Nation », avec notamment une campagne d'affichage à Paris, a annoncé l'association. « Cette campagne vise à dénoncer les préjugés, les attitudes islamophobes et les discours stigmatisants qui divisent les citoyens plutôt que de les rassembler, alors que notre pays traverse une période difficile sur le plan social et économique », explique l'association dans un communiqué.

Pour cette campagne qui doit durer un mois, le CCIF prévoit la mise en place d'une cinquantaine d'affiches sur le périphérique parisien, une diffusion de spots radio sur des antennes nationales et la création d'un site internet. Accompagnée du slogan « Nous sommes (aussi) la Nation », une des trois affiches de la campagne revisite le tableau Le serment du Jeu de Paume de David. Dans la foule de citoyens se saisissant de drapeaux français, apparaissent des hommes et des femmes, certaines voilées, des « Françaises et Français musulmans (qui) revendiquent leur pleine appartenance à la Nation, la pleine compatibilité de leur citoyenneté et de leur pratique religieuse », selon le CCIF. L'association veut montrer par ailleurs que « le musulman n'est pas forcément maghrébin ».

 

Nos blogs

Personnalités

  • Schlumberger

    Laurent Schlumberger

    Le pasteur Laurent Schlumberger est le président de l'Eglise protestante unie de France, Eglise née de la fusion entre luthériens et calvinistes. Il a...

     
  • Schuller

    Helmut Schuller

    Helmut Schüller s'est rendu célèbre comme chef de file d'un mouvement réformateur de l'Église catholique. En 2006, il lance la « Pfarrer Initiative...

     
  • Gundyaev

    Vladimir Mikhailovitch Gundyaev

    Le patriarche de Moscou Cyrille Ier (dont le titre entier est «Sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie»), né Vladimir...

     
> Accédez à toutes les biographies